Un examen approfondi du marché locatif au Canada en 2021

Date
25 avril 2022

Êtes-vous curieux de connaître le taux d’inoccupation de votre ville? Qu’en est-il du prix moyen d’un loyer? La Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) répond à ces questions et à bien d’autres dans son tout dernier Rapport sur le marché locatif.

Nous avons pris le temps d’extraire certaines données sur les loyers et les taux d’inoccupation pour les villes dans lesquelles de nombreuses coopératives de nos clients sont situées.

Le taux d’inoccupation pour l’ensemble du Canada pour les immeubles à vocation locative est de 3,1 p. cent, tandis que le loyer moyen pour un logement de deux chambres à coucher a augmenté de 3 p. cent, atteignant un montant de 1 167 $.

Colombie-Britannique

  • Vancouver : Le taux d’inoccupation a diminué, passant de 2,6 p. cent en 2020 à 1,2 p. cent en 2021. Les données de la SCHL montrent que les ménages à faible revenu sont confrontés à des défis considérables pour trouver des logements abordables. Les loyers pour les nouveaux locataires ont augmenté de 2,1 p. cent, tandis que le prix des loyers des locataires actuels était gelé. 
  • Victoria : Le loyer moyen pour un logement de deux chambres à coucher était de 1 571 $, soit une augmentation de 3,1 p. cent par rapport à 2020, et le taux d’inoccupation a diminué pour atteindre un niveau comparable à ce qu’il était avant la pandémie (de 2,2 % en 2020 à 1 % en 2021).

Alberta

  • Edmonton : Le taux d’inoccupation est resté stable de 2020 à 2021, à 7,3 p. cent. Le taux d’inoccupation étant élevé, des mesures incitatives monétaires et non monétaires sont utilisées pour stimuler l’occupation. Le loyer moyen d’un logement de deux chambres à coucher a diminué de 0,5 p. cent, s’établissant à 1 270 $.
  • Calgary : Le taux d’inoccupation est passé de 6,6 p. cent à 5,1 p. cent, la conjoncture économique s’étant renforcée. Le coût moyen des loyers est resté stable.

Ontario

  • Hamilton : Le taux d’inoccupation a diminué à 2,8 p. cent malgré le plus important accroissement de l’offre depuis plus de 30 ans. Les loyers exigés pour les logements vacants étaient jusqu’à 20 p. cent plus élevés que ceux payés par les locataires actuels en raison de la rareté des options et d’un gel des loyers de la plupart des logements occupés. Les locataires ayant un revenu moyen risquent de trouver la majorité des logements inabordables.
  • Grande région de Sudbury : La région affichait le taux d’inoccupation le plus faible depuis 10 ans, soit 1,8 p. cent. Le loyer moyen d’un logement de deux chambres à coucher a augmenté de 8,4 p. cent, s’établissant à 1 286 $.
  • Toronto : Le taux d’inoccupation a atteint son niveau le plus élevé des dernières années, passant de 3,4 p. cent en 2020 à 4,4 p. cent en 2021. Le taux d’inoccupation des logements abordables accessibles aux ménages à faible et à modeste revenu est demeuré bien en deçà de la moyenne régionale. Le loyer moyen d’un logement de deux chambres à coucher a augmenté de 1,5 p. cent, s’établissant à 1 666 $.
  • Ottawa : Le taux d’inoccupation est en grande partie demeuré stable par rapport à l’année précédente, à 3,4 p. cent. Malgré l’un des taux d’inoccupation les plus élevés des 25 dernières années, les options qui s’offrent aux ménages à faible revenu sont limitées. Après trois ans de croissance, le loyer moyen n’a augmenté que de 2,2 p. cent entre octobre 2020 et octobre 2021, demeurant sous la moyenne des dix dernières années.

Île-du-Prince-Édouard

  • Charlottetown : Le taux d’inoccupation dans la capitale de l’Î.-P.-É. a chuté de 2,7 p. cent en 2020 à 1,6 p. cent en 2021. Au cours de la même période, le loyer moyen pour un logement de deux chambres à coucher est passé de 978 $ à 1 088 $, soit une augmentation de 11,2 p. cent.

Consultez le rapport complet de la SCHL pour examiner les tendances du marché dans ces villes et ailleurs plus en détail.

Solde de la réserve de remplacement des immobilisations

61 % des clients de l'Agence détiennent un solde de réserve de remplacement des immobilisations d'au moins 6 000 $ par logement. En doublant presque le montant par rapport à 2007, les coopératives sont presque deux fois plus prêtes à répondre à leurs besoins futurs.