Mode de vie durable: comment des coops s’y engagent

Date
7 mars 2019

Si chacun d’entre nous apporte des changements à sa routine quotidienne, nous pouvons collectivement évoluer vers un mode de vie durable. Des ajustements simples tels que composter vos restes de nourriture, apporter une tasse réutilisable avec vous lorsque vous commandez un café ou faire un potager pour faire pousser vos propres herbes et tomates réduiront votre empreinte carbone.

C’est exactement ce qu’a fait la coopérative Wyndham Hill dans le cadre du Programme des microsubventions pour des coops plus vertes de la FHCC. Les fonds ont été utilisés pour créer un jardin communautaire où les membres peuvent cultiver leurs propres légumes. Ils ont récolté des tomates, des courgettes, des concombres, des pois, des aubergines, de la laitue, des oignons et des baies. La coopérative est allée encore plus loin dans la planification de son avenir en plantant des arbres fruitiers. Bientôt, ils pourront profiter de trois variétés de pommes différentes cultivées chez eux. C’est très valorisant de savoir d’où vient votre nourriture, et tout a meilleur goût lorsque vos propres efforts ont été consacrés à sa production. Les enfants acquièrent également une toute nouvelle appréciation des légumes!

La coopérative Pacific Heights voulait que les membres utilisent davantage leur bicyclette et a trouvé un moyen de les aider à le faire. Dans cette optique, la coopérative a utilisé une microsubvention pour convertir une place de stationnement souterrain vacante en stationnement pour vélos, avec deux pompes à pied qui seront certainement utiles. L’espace aménagé comprend six supports verticaux à haute densité pour les vélos plus légers et un support horizontal à six places pour les vélos plus lourds. Ce nouveau stationnement profite à l’environnement, améliore le bien-être des membres et fait de la coopérative un endroit où il fait bon vivre.   

La coopérative d’habitation Emanuel a amélioré la qualité de l’air et l’attrait de ses bordures en remplaçant les frênes morts et mourants. L’agrile du frêne avait infesté les arbres, qui devenaient une plaie visuelle et mettaient les membres de la coopérative et les bâtiments en danger à cause de la chute des branches. À la place, la coopérative a planté des tulipiers ainsi qu’un chêne à gros fruits, une espèce à longue durée de vie qui embellira la propriété pendant de nombreuses années.

Ça vous inspire? Vous avez un projet de développement durable? Faites-nous savoir ce que vous fabriquez! Joignez vous à nous sur LinkedIn, Facebook et Twitter. Nous sommes là pour vous aider.

Cliquez ici pour faire une demande de microsubvention pour des coops plus vertes de la FHCC. La date limite est le 29 mars.

Coûts liés aux pertes d'inoccupation

En moyenne, une coopérative perd 132 $ par unité en une année, en recul par rapport à 177 $ en 2007. Une part de cette perte est subie volontairement, car des unités sont rénovées pour les nouveaux membres.