Les clients à l’Agence en année de pandémie

Date
12 octobre 2021

Tous les deux ans, l'Agence produit son examen du rendement du portefeuille, qui est envoyé à la SCHL et affiché sur le site Web de l’Agence en anglais et en français. L'examen est basé sur les informations des déclarations de renseignements annuelles des coopératives, que nous combinons de différentes manières et que nous comparons avec les résultats antérieurs.

Peu importe les circonstances, un rapport sur le rendement des clients de l'Agence en 2020 était dû à la SCHL pour le milieu de 2021. Même si l'Agence évalue le rendement des clients chaque trimestre, nous ne savions pas ce qu’une analyse approfondie de leurs résultats ferait remonter à la surface. Or nous avons été impressionnés par la performance de la plupart des coopératives dans des circonstances très difficiles.

Au cours de la première année de fonctionnement de l'Agence, plus de 60 % de nos clients étaient à risque élevé ou supérieur à la moyenne. Aujourd'hui, pour la majorité, le risque reste faible ou modéré, même après une année difficile. Autre bonne nouvelle : un nombre croissant de clients (aujourd'hui 92 pour cent) ont des perspectives stables ou qui se renforcent. Ce résultat montre que le type de logement que nous avons choisi est suffisamment solide pour faire face à l'une des plus grandes crises auxquelles notre pays a été confrontée depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Malgré le soutien du revenu fourni par la Prestation canadienne d’urgence (PCU), nous étions préoccupés par une éventuelle augmentation des arriérés et des créances irrécouvrables. Cependant, lorsque nous avons examiné les arriérés médians (le point médian où la moitié des résultats sont supérieurs et l'autre inférieurs), les nouvelles étaient bonnes. En 2007, les arriérés médians et les créances irrécouvrables s'élevaient à 86 $ par unité, tombant à 47 $ en 2018 et encore plus bas en 2020 à 44 $. Les coopératives ont également réussi à réduire les arriérés des administrateurs, le montant total dû dans l'ensemble du portefeuille étant inférieur de 88 % à ce que nous avions vu en 2007. Comme nous l'avons noté dans les rapports précédents sur le rendement des clients, les coopératives avec des administrateurs endettés avaient des arriérés totaux à des niveaux presque quatre fois plus élevés que ceux dont les administrateurs étaient à jour dans leurs paiements.

Environ 43 % des coopératives ont dépensé 4 000 $ ou plus par logement pour leurs propriétés en 2020, comparativement à 17 % en 2007. Dans un renversement frappant, en 2020, seulement 17 % ont déclaré des dépenses en capital et d'entretien inférieures à 2 000 $ par logement, alors qu'en 2007, 37 pour cent avaient dépensé à ce faible niveau. Comme la plupart des immeubles coopératifs ont plus de 40 ans, des dépenses plus élevées représentent un investissement vital dans les propriétés des clients. Ces investissements contribuent aussi au confort des membres et à un sentiment de fierté envers leur propriété. 

Toutes les nouvelles n'étaient pas bonnes. Bien que la demande de logements varie d'une ville à l'autre, nous avons constaté une légère augmentation des pertes d'inoccupation depuis 2018, la part des clients ne signalant aucune perte de ce type diminuant de trois points de pourcentage à 28 %. Par contre, en 2020, les coopératives n'ont perdu que 89 $ par logement dû aux logements vacants, comparativement à 112 $ en 2018 et 205 $ en 2007.

Nous espérons que vous avez apprécié cet échantillon d'informations du rapport d'examen du portefeuille de l'Agence, qui est affiché sur notre site Web. Si vous souhaitez en savoir plus sur les performances de nos clients coopératifs en 2020, nous vous invitons à approfondir. Leurs résultats vous encourageront et vous inspireront.
 

Pertes d'inoccupation

Selon les derniers chiffres, ensemble, les clients de l'Agence ont perdu 3,2 millions de dollars en raison de logements vacants. Ce chiffre représente une baisse de 47 % par rapport à 2008. L'amélioration parle d'elle-même.